sortir du role de victime alejandra giedelmann konxus media

« Pourquoi moi ? » Sortir du rôle de victime est un choix

Le pouvoir créateur de sortir du rôle de victime permet de créer la réalité que l’on désire.
Alejandra Giedelmann
Elle aide les leaders et leurs équipes à donner du sens à leur travail, à rebondir par l’inspiration et la connexion avec leur cycle de vie. grâce au yoga, la pleine conscience, l’ennéagramme et l’intelligence émotionnelle.

Si vous souhaitez écouter l’article en version audio :

Nous avons tous de moments difficiles dans la vie : nous avons le pouvoir de décider si ces moment-là sont fait pour nous faire évoluer ou pour nous faire plonger dans le désespoir.

On ne s’échappe pas de l’expérience difficile, mais nous sommes libres de choisir quelle réalité nous voulons vivre pour construire notre présent.

Est-ce qu’en prenant conscience de ma liberté de choix et de mes croyances limitantes, je pourrais améliorer ma réalité ?

Ce qu’il
faut savoir

Ce qu'il faut savoir

Il y a quelques jours, je me suis retrouvée avec un carton plein de carnets sur lesquels j’avais confié jadis mes émotions, mes perceptions et mon vécu en général. Ces écrits de 2015 et de 2016 m’ont permis d’ouvrir une fenêtre vers le passé et retrouver cette femme peureuse et en manque de confiance en elle-même. Mais une des choses qui m’a le plus surpris, c’est mon complexe d’ »immigrante », sentir que je n’étais pas à ma place et que le fait de me sentir différente me rendait misérable. En lisant ces lignes remplies de complexes, la femme d’aujourd’hui a commencé à comprendre la transformation qu’avait eu lieu en elle et le fait qu’elle n’avait jamais dépendu d’autres sinon d’elle-même. Alors, que s’est-il passé?

Quand je suis arrivée en France en 2014, je voulais me mimétiser et parler français sans aucun accent, faire de tartes au four, même si je n’avais jamais cuisiné avec de la farine auparavant et me montrer « parfaite » dans les échanges professionnels et sociaux, en bref, une femme intellectuelle, sérieuse et zéro spontanée. Bien évidemment, à la fin de mes journées, je me sentais pleine de stress et fatiguée de jouer un rôle qui ne me correspondait pas. Je ne me trouvais pas à ma place, je me sentais triste et surtout victime de mes circonstances : pourquoi moi ?

 

Quel processus psychologique s’était mis en place ?

 

Selon Marian Rojas Estapé, Psychiatre de l’Université de Navarra  et auteur du livre « Como hacer que te pasen cosas buenas », (Comment faire en sorte que de bonnes choses vous arrivent, Editorial Planeta 2018), nous recherchons tous le bonheur, et cette quête nous occupe toute notre vie. Ce qui arrive généralement, c’est que nous faisons des erreurs en cours de route, nous cherchons là où il n’y en a pas, nous nous laissons distraire, nous nous laissons éblouir par des mirages. Nous confondons souvent plaisir et bonheur et dans mon cas, acceptation externe et amour propre. Je n’acceptais pas la personne que j’étais, je préférais me perdre entre les gens pour ainsi me sentir acceptée mais par forcement aimée ni par les autres ni par moi-même.

Ceci produisait en moi beaucoup de stress et le cortisol (neurotransmetteur du cerveau) parcourait mon torrent sanguin en permanence.  Le cortisol est une hormone qui, à petites doses, nous aide à survivre et à être créatifs en période de stress, mais qui, maintenue dans le temps et de manière chronique, nous rend malades et ruine notre santé.

 

Selon Marian Rojas Estapé, les quatre attitudes qui augmentent le plus le cortisol sont :

  • la chronopathie, c’est-à-dire la maladie de vouloir être constamment efficace et d’optimiser le temps ;
  • la peur de perdre le contrôle, surtout celui de l’avenir;
  • le perfectionnisme, qui fait souffrir les gens parce qu’ils ne sont jamais à la hauteur de leurs propres attentes;
  • et les écrans, qui nous maintiennent constamment en alerte, un e-mail, une notification, un appel, des distractions permanentes.

 

 

 

A mon arrivée en France, être remarquée, différenciée voire jugée parce que je parlais avec un accent était suffisant pour me sentir imparfaite et malheureuse. Être différente était, dans ma tête, synonyme d’être défectueuse, inadaptée et incapable. La constante victime qui vivait en moi se nourrissait de mes constants états de stress et de l’incapacité de voir au-delà de mes croyances limitantes.

 

Créer ma réalité

 

J’ai la chance de donner de cours de yoga depuis plus de quinze ans dans ma langue native, l’espagnol. A la demande d’une très bonne amie, j’ai, un jour, osé donner des cours de yoga en français peu de temps après mon arrivée en France.

Et pour moi, Yoga et spontanéité vont de la main, la quête de perfection dans les postures ou ma façon de parler devaient s’effacer pour donner lieu à une profonde et honnête transmission auprès de mes élèves.

Avec le temps, j’ai commencé à remarquer que peu à peu les séances se remplissaient de personnes nouvelles. Que le bouche à oreille avait rempli mes séances bien plus vite que ce que je n’aurais jamais pu l’espérer. En question de quelques mois, je suis passée de trois copines à plus de vingt pratiquants qui se serraient régulièrement dans une petite salle de quartier.

Pendant la pratique de Yoga, je m’autorisais à être moi-même : bien que l’accent espagnol était plus marqué que jamais, je me permettais de toucher physiquement les gens avec douceur et amour. Et, je prenais le temps nécessaire pour connecter avec chaque pratiquant, en rigolant, en jouant ou en faisant de blagues : j’étais enfin moi-même.

 

 

« Avec cette authenticité, j’attirais de plus en plus de gens autour de moi. »

 

Cette spontanéité touchait également mon travail, où je me permettais de jouer avec les mots en souriant pour faire sortir les personnes de leur prise de tête et ainsi être capable de cocréer avec l’autre un moment sympathique et de pure connexion… plus de fond que de forme.

 

Les 3 facteurs créateurs de réalité

 

Selon Marian Rojas Estapé, il nous aide beaucoup de savoir « que nous sommes la somme de ce que les autres voient de moi, de ce que je pense être et de la vérité sur moi-même. Ce qui est pertinent, ce n’est pas la réalité, mais la façon dont j’interprète la réalité », et pour cela, comme l’a expliqué Marian, nous devons :

 

  • Avoir un système de croyances qui n’est pas limitatif ; dans mon cas particulier, arrêter de penser qu’être différente est un facteur négatif ou que en étant moi-même je ne serai jamais aimée.

 

  • Un deuxième facteur serait l’humeur, qui est déterminante, et dépend de nombreux facteurs, tels que le sommeil et la biochimie. J’ai remarqué qu’en étant heureuse après les séances de yoga, mes nuits de sommeil étaient plus qualitatives et j’avais même retrouvé des petits moments de bonne humeur pendant la journée qui avec le temps, se prolongeaient naturellement.

 

  • Le Système Réticulaire Activateur Ascendant (RAAS) serait le troisième élément : Ce système est situé dans le tronc cérébral et Rojas Estapé le décrit comme « un traqueur cérébral ». C’est celui qui, lorsque nous avons de l’espoir, nous aide à trouver ce que nous voulons dans la vraie vie. Par exemple, lorsqu’une femme est enceinte, le nombre de bébés qu’elle voit dans la rue est multiplié. Si quelqu’un est à la recherche d’un appartement, il commence à détecter des opportunités de maisons à vendre sur toutes les façades. «C’est pourquoi il est dit que ce que le cœur désire aide à concentrer l’attention sur les bonnes choses qui nous arrivent ; Ce qui se passe, c’est que, généralement, nous pouvons les distraire, par exemple avec des écrans. Pour lutter contre cela, il faut de la volonté et être « maître de son cœur ».

 

Ce dernier est pour moi le plus intéressant, car grâce à ma pratique collective du yoga, je commençais à attirer des personnes et des situations qui renforçaient mon optimisme et mes envies d’être moi-même.  Je me focalisais plus sur les choses positives que je pouvais apporter au gens au tour de moi plutôt que sur les choses manquantes pour être un jour « parfaite ».

 

Je sais que je suis toujours différente, mais qui ne l’est pas à sa façon ? Nous sommes tous différents et l’accepter et le mettre en valeur au service des autres est une force inspiratrice pour continuer à sourire et à vivre de façon libre, sans le poids de mes croyances limitantes d’enfance. J’ai compris que, finalement, être différente était un point fort pour connecter avec les autres, en tout cas depuis la réalité que j’avais décidé de créer.

 

 

De Victime à Créatrice

 

Mes circonstances n’avaient pas change, c’était surtout mon attitude qui n’était plus la même. Créer ma réalité ne dépendait que de moi et le fait de relâcher la tension de vouloir être parfaite ou invisible, m’a permis de voir mon rôle de créatrice de ma vie plus clairement.

Je continue à avoir souvent de moments de confrontation et de douleur, surtout quand on est mère d’enfants adolescents et d’être fière représentante des femmes dans la quarantaine ; mais  comme ledit Marian Rojas Estapé « l’optimisme est une décision » et je décide tous les jours, à chaque tasse de thé, à chaque promenade avec le chien, à chaque problème comptable d’être responsable de mes décisions et de rester optimiste. Mon Système Réticulaire Activateur Ascendant est bien au courant ! 🙂

Liens &
ressources

Liens & Ressources

  • http://www2.haciendotepreguntas.com/es-el-momento-de-volver-a-dar-vida-a-nuestras-ilusiones.html
  • https://marianrojas.com/
  • https://psicologiaymente.com/neurociencias/sistema-reticular-activador-ascendente
  • https://www.youtube.com/watch?v=4v5bIPUzgrg
  • https://www.lavanguardia.com/vivo/psicologia-salud-mental/20230523/8987378/hormona-estres-como-afecta-cortisol-nuestro-bienestar-emocional-pvlv.html

Ouvrages :

  • Rojas-Estapé, Marian. ¿Como hacer que te pasen cosas buenas? Editorial Planeta, 2018
  • Rojas Estapé, Marian. Encuentra tu persona vitamina. Edtorial Espasa, 2021.

 

 

 

Podcast:

https://open.spotify.com/show/2xV7Vx7NQgAC8vMt2vZNnE

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un impact direct
dans votre boite mail

Recevez du contenu exclusif, des ressources et des outils pour vous accompagner dans votre transformation personnelle et professionnelle.